La combinaison : mode d’emploi

C’était la pièce phare des années 1980, période que tout le monde préférait oublier du point de vue de la mode… mais depuis quelques années, elle refait surface, lentement, mais surement. Hier réservée aux fashionistas aux looks les plus pointus, la combinaison envahit peu à peu tous les dressings.

Photo : Mon Défilé
Photo : Mon Défilé

Et pourtant, elle fait peur.

On pense que c’est une pièce difficile à porter. En fait, c’est tout le contraire ! Fini les crises devant sa penderie, le matin, pour trouver la veste assortie à son pantalon. La combi s’enfile en deux temps trois mouvements, sans se poser de question. La combinaison, c’est la robe, mais en plus pratique !

On pense aussi que la combinaison ne va qu’aux minces. Et là encore, c’est archi-faux ! il suffit juste de bien la choisir, selon sa morphologie. Si vous êtes mince, vous pourrez bien sur tout vous permettre.

Photo : Mon Showroom
Photo : Mon Showroom

Mais on a quand même une petite préférence pour les modèles un peu loose en tissu fluide, qui donnent un côté boyfriend assez sympa. Au contraire, les filles un peu plus rondes devront se tourner vers des coupes taille haute et ceinturées. Dans tous les cas, fuit comme la peste les pièces moulantes : sexy oui, vulgaire, jamais !

Kim Kardashian en combinaison Maison Martin Margiela Photo : Melty Fashion
Kim Kardashian en combinaison Maison Martin Margiela
Photo : Melty Fashion

Sachez aussi que dans l’absolu, la combinaison se porte dans toutes les situations. Oui, mais… oubliez illico l’idée de recycler votre combi-short en liberty pour une réunion professionnelle. En fait, à chaque circonstance, sa combinaison.

Au bureau, une combinaison longue et structurée façon pilote, boutonnée sur le devant, est à la fois sobre et élégante. On la choisit dans une couleur passe-partout, comme le camel, le marine ou le noir, et on la porte avec des escarpins ou des boots à talons.

Photo : Be.com
Photo : Be.com

Pour une escapade en amoureux, on choisit une combinaison sans manches ou à manches courtes, et plutôt fluide. Attention, ici, si les imprimés sont tentants, ils peuvent vite devenir de mauvais goût après 30 ans… Côté chaussure, des sandales compensées pour jouer sur l’effet 70’s, ou des nu-pieds plats plus casual.

Enfin, à la plage ou à la campagne, la combinaison-short fleurie est LA pièce de l’été 2015. À associer à de jolies spartiates ou à des mules Birkenstock, c’est vraiment les vacances !

Photo : Asos
Photo : Asos

Shopping en vacances : méfiez-vous des contrefaçons

Cette fois, c’est la bonne ! vous voilà sur votre lieu de villégiature, au soleil, les doigts de pied en éventail en sirotant un cocktail de fruits sur la plage. Vous avez pensé à tout : crème solaire, excursions, et même cartes postales pour Tata Henriette et Belle-Maman.

contrefacon_

Photo : Le livre scolaire

Oui, mais voilà, vous êtes soudain prise d’une frénésie de shopping. Les vacances, c’est le moment rêvé pour se faire plaisir et s’offrir de nouvelles petites affaires. Et pourquoi pas en rapporter pour votre sœur et vos copines. Pour peu que vous soyez partie à l’étranger, il est tentant de repartir avec des sacs, des montres ou encore des parfums de marque pour des prix parfois dérisoires.

contrefaçon montres

Photo : Chronomania

Attention, danger ! Si de nombreux touristes sont alléchés par des tarifs défiant toute concurrence, et absolument inconcevables pour des boutiques françaises, il ne faut pas se laisser avoir. Des prix trop bas sont trop souvent synonymes de contrefaçons. Et au final, cela peut coûter cher. Très cher…

Plusieurs signes doivent vous mettre la puce à l’oreille.

contrefaçon-rue

Photo : Into the Minds

  • un point de vente « louche » (sur le marché, sur la plage, dans la rue, etc.) : les produits de luxe ne sont en principe distribués que par des enseignes officielles et accréditées, comme les boutiques des marques elles-mêmes ou les grands magasins
  • un vendeur tout aussi peu fréquentable : une personne rompue à la vente de produits haut de gamme connaît normalement ses produits sur le bout des doigts, adopte une attitude appropriée envers des clients connaisseurs ou amateurs. En aucun cas, il n’alpague les passants et ne négocie comme un marchand de tapis !
  • Des produits de mauvaise qualité ou avec des défauts : même si certaines contrefaçons sont insoupçonnables pour des clients non avertis, certaines sont parfois grossières. Marques mal orthographiées, matières « cheap », vilaines finitions, étiquetage et emballage peu soignés, autant d’éléments qui vous crient de passer votre chemin !
  • Des prix trop bas : vous avez déjà vu un sac Chanel à 20 € vous ? Fuyez !

contrefaçon-parfum

Photo : Le Musée des contrefaçons

Et si vous vous laissez tenter malgré ces avertissements, sachez que le fait d’acheter de la contrefaçon est un délit, même s’il ne s’agit que d’une seule pièce. Les douanes ne plaisantent pas avec ça, et vous pourriez être poursuivi pour recel et être redevable de lourdes amendes…